Un requin averti en vaut deux

167

Des chercheurs français se sont rendus compte de la profonde dimension sociale des requins à pointes noires. Science et Avenir nous apprend que cette espèce serait capable de former des réseaux sociaux pour assurer la cohésion du groupe et faire face aux perturbations environnementales et humaines (comme les orques ou les éléphants). Les requins auraient aussi d’impressionnantes capacités d’apprentissage. D’après les travaux du scientifique français Johann Mourier, les requins à pointes noires capturés puis relâchés retiennent la leçon de cette mauvaise expérience pour ne plus se faire avoir une seconde fois. Cette information fausserait ainsi les modèles écologiques de capture-recapture utilisés pour estimer les stocks de population, basés sur l’idée que chaque individu a toujours la même chance de se faire capturer. Vu leur organisation sociale, Mourier pense que les requins pourraient se transmettre les infos. On s’y fait prendre une fois mais pas deux !