Poissons : vive la bande !

81

C’est le quotidien Ouest France qui nous l’apprend. Et si Nemo n’était pas le seul à souffrir de la séparation avec sa famille ? D’après une étude menée par une équipe de scientifiques de l’université James Cook, dans l’État du Queensland aux États-Unis, les poissons coralliens, une fois séparés de leurs congénères, sont stressés et perdent du poids. Ce qui nuit à leur chance de survie. Les chercheurs ont isolé certains de ces petits poissons et en sont arrivés à la conclusion que le groupe avait un effet apaisant sur ces animaux aquatiques.