Poésie animale

La grâce des animaux, leur humour, leur beauté ont toujours fasciné les poètes. Très présents dans les haïkus japonais, ce genre littéraire est devenu très populaire avec ces petits poèmes écrits en trois versets qui décrivent une émotion. Ils ont inspiré l’anthologie récente “Haïkus, la voix des animaux” (Seuil, 2019), mais on les trouve peu dans les haïkus français. 

Le philosophe et biologiste Georges Chapouthier * – qui signe ses poèmes sous le pseudonyme de Georges Friedenkraft – répare cette injustice en publiant une anthologie délicieuse de haïkus classés par groupe d’animaux pour rêver de fourmis, de cerfs ou de lapins : « Haïkus et tankas d’animaux » (pippa).

 

Petit choix de haïkus :

 

A la nuit tombée

La girafe tend son cou

Pour toucher la lune

Emergence au point du jour

Des rayons de mon étoile

Gisèle Gall

 

Toile d’araignée

Toute habillée de givr-

Silence blanc

Martine Le Normand

 

Sur la piste le chien savant

Pour faire rire les enfants

Fait semblant d’avoir tout oublié

Dimitri Rataud

 

Au fond de la nuit

Le beau regard d’un tigre

Qui a peur de mourir

Michelle Caussat

 

Mon chat pour jouer :

Sa patte sur la vitre

Gomme la lune

Laurent Bichaud

 

 

* Réécoutez la conférence passionnante de Georges Chapouthier à l’Université d’été de l’animal sur « Les mille facettes de l’intelligence animale”