On vous attend à la 3ème université d’été de l’animal du 24 au 26 août au château de la Bourbansais en Bretagne

Poulpes, corbeaux, poules, fourmis… les animaux les plus divers seront les stars de cette 3ème édition qui abordera des thèmes aussi variés que le biomimétisme, les doutes du chercheur face au bien-être animal ou encore la conservation des espèces en Afrique.

Cette année encore l’Animal et l’Homme vous réserve des moments de savoir et d’émotion autour de conférenciers passionnants. Offrez-vous un  week-end de 3 jours en Bretagne pour être surpris, enthousiasmé et peut-être même bouleversé par l’intelligence des animaux, et leur mille et une trouvailles pour s’adapter.

L’originalité du concept de l’université d’été de l’animal c’est d’échanger avec des scientifiques, des vulgarisateurs, et des professionnels d’horizons variés. Son format facilite l’instauration du dialogue entre les conférenciers et le public dans le cadre des discussions au jardin. Il s’agit de prolonger chaque conférence par une balade dans le parc zoologique de la Bourbansais pour s’approcher des espèces auxquelles les conférences sont consacrées. Cette volonté de parler des animaux dans une vraie proximité avec eux se manifeste aussi par les ateliers que nous vous proposons en fin de journée. Détaillons ce programme alléchant.

La billetterie est ouverte 

Un programme alléchant : 6 conférenciers et 3 ateliers

Kalina Raskin : « Biomimétisme, quand la diversité du vivant nous inspire »

Le vivant est un laboratoire de Recherche et de Développement vieux de 4 milliards d’années. Nous verrons ici comment les espèces animales nous offrent des solutions innovantes – et durables ! – pour produire de l’énergie, fabriquer des matériaux, gérer l’information…
Kalina Raskin, ingénieur physico-chimiste et Docteur en biologie, est la directrice générale du CEEBIOS, le Centre Européen d’Excellence en Biomimétisme, installé à Senlis.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

 

Raphaël Gamand: « Les fourmis sont-elles de simples robots biologiques ou des animaux dotés d’une intelligence collective ? »

Elles représentent près d’1/4 de la biomasse animale mondiale et leur succès écologique prend son origine il y a 140 millions d’années. Les fourmis sont-elles de simples êtres robotisés, répondant à des algorithmes simples voir binaires ? Ou sont-elles dotées de grandes capacités individuelles sacrifiées sur l’hôtel du bénéfice collectif ? Nous essaierons de répondre à ces questions d’abord ensemble lors d’une conférence puis en petits groupes autour de fourmilières artificielles permettant d’observer le fonctionnement de la colonie.
Raphaël Gamand, ingénieur agronome, a créé INSECTO qui propose des ateliers d’apiculture et des animations dans les écoles.

 

Georges Chapouthier : “Les mille facettes de l’intelligence animale”

Les progrès de la neurobiologie et de l’éthologie révèlent, chaque année, de nouvelles facettes de l’intelligence animale, particulièrement chez les animaux qui possèdent un cerveau performant, vertébrés et mollusques comme les pieuvres. Utilisations d’outils, communications et langages, comportements moraux, choix esthétiques… Ils disposent d’aptitudes variées de mémoire et de conscience, et la ressemblance avec l’intelligence humaine se retrouve même dans les troubles psychopathologiques… Tout cela doit nécessairement avoir des conséquences sur notre manière de traiter ces animaux.
Georges Chapouthier, neurobiologiste et philosophe, aborde dans son dernier ouvrage « Le Chercheur et la Souris » la problématique de la recherche et du bien-être animal.

 

Ludovic Dickel : “l’intelligence des pieuvres et de ses cousins”

Parfois merveilleuses, parfois abjectes et monstrueuses, les représentations des céphalopodes (pieuvres, seiches, calamars) ont traversé l’histoire. Les biologistes ont montré qu’ils étaient capables de comportements remarquables, qu’ils possédaient un cerveau extraordinairement sophistiqué et des capacités sensorielles uniques chez l’animal. Le chercheur a appris à communiquer avec ces « monstres » qui ont été en 2013 les premiers invertébrés à être inclus dans la législation européenne sur le bien-être des animaux de laboratoire.
Ludovic Dickel, Professeur d’éthologie à l’Université de Caen, spécialiste des céphalopodes (pieuvres, calmars, seiches).

 

Agatha Liévin-Bazin : “Crânes de piafs et autres têtes de linottes… et si les oiseaux avaient de l’intelligence à revendre ?”

Les oiseaux n’ont pas la côte. Bête comme une oie, faire l’autruche, répéter comme un perroquet… Et quand ils ne nous font pas rire de leur bêtise, ils nous font trembler de peur dans « Les Oiseaux » d’Alfred Hitchcock. Mais qu’en est-il réellement ? Je vous propose d’explorer l’intelligence des oiseaux et de réhabiliter ces mal-aimés, des poules et des pigeons que l’on sous-estime bien souvent aux superstars multi-talentueuses que sont les perroquets et les corbeaux. Parler, compter, former des catégories, fabriquer et utiliser des outils, prendre en compte les besoins et désirs des autres et faire preuve d’empathie…tout cela est à leur portée ! Dorénavant, vous y réfléchirez à deux fois avant de traiter quelqu’un de «cervelle d’oiseau »
Agatha Liévin-Bazin, éthologue travaille au Laboratoire Éthologie Cognition Développement de l’Université de Paris Nanterre et à l’Institut Max Planck d’Ornithologie de Seewiesen. Elle travaille particulièrement sur les perroquets et les corbeaux.

 

Julie Garnier : “Ce que nous apprennent les peuples autochtones sur l’intelligence animale à travers leur relation avec la nature.”

Les peuples autochtones ont toujours vécu en harmonie avec la nature et cette relation ancestrale avec toutes les espèces qui les entourent constitue la base de leur survie et de leur culture. Véritable gardiens spirituels et naturels de la biodiversité, ces peuples ont une  perception de l’intelligence animale fondée sur leur approche holistique du monde qui les entoure et que nous explorerons ensemble.
Julie Garnier, vétérinaire, a vécu près de 20 ans en Afrique australe à créer et gérer des réserves au Zimbabwe avec les Shangaan puis au Mozambique avec les communautés Kimwani et Makonde. Aujourd’hui, elle développe un modèle de conservation holistique centré sur les femmes locales et autochtones, One Health avec les Femmes, à travers la fondation qu’elle a créée avec son mari, Odyssey Conservation Trust.

 

Cécile Gilbert-Kawano : ateliers équestres

Présentation générale du cheval thérapeute et de la méthode Eponaquest, exercice collectif (« Approcher par couches ») puis exercice individuel avec un participant volontaire parmi le public qui, en compagnie de Cécile, travaillera le thème proposé avec un cheval. Des exercices collectifs et individuels vous seront proposés.
Cécile Gilbert-Kawano est institutrice certifiée Eponaquest, une méthode de thérapie assistée par les chevaux. Avec son métabolisme particulier, le cheval a une grande capacité à gérer les émotions. Cet animal grégaire est « thérapeutique » et peut vous aider pour des soins, développement personnel ou professionnel…

 

Une journée orchestrée par Yolaine de la Bigne, fondatrice de l’association L’Animal et l’Homme

Journaliste presse écrite et radio (connue notamment pour sa chronique sur France Info « Quelle époque épique ! »), écrivain, Yolaine de la Bigne est spécialisée dans les mouvements de notre époque. Elle a travaillé avec Nicolas Hulot et Allain Bougrain Dubourg et très vite, s’est tournée vers un des sujets fondamentaux de notre temps : la protection de la planète. Elle a créé le triple média Néoplanète. Aujourd’hui, elle se concentre sur la biodiversité et précisément l’intelligence animale, en créant l’Université d’été de l’animal, le site l’animal et l’homme, et la Journée Mondiale de l’Intelligence Animale.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

La billetterie est ouverte

Le déroulement de la journée

 Vendredi 24 août
14h-15h30 Georges Chapoutier
15h45-16h45 Discussion au jardin
17h-18h30 Julie Garnier (les animaux sauvages)
18h45-19h45 Discussion au jardin

Samedi 25 août
10h-11h30 Agatha Liévin-Bazin (les oiseaux)
11h45-12h45 Discussion au jardin
14h30-16h Kalina Raskin (le biomimétisme)
16h15-17h15 Discussion au jardin
17h30-19h atelier équestre de Cécile Gilbert-Kawano

Dimanche 26 août
10h-12h30 Conférence-ateliers de Raphaël Gamand (les fourmis)
14h-15h30 Ludovic Dickel (les poulpes)
15h45-16h45 Discussion au jardin
17h-18h30 atelier équestre de Cécile Gilbert-Kawano

Le cadre exceptionnel de la Bourbansais

La Bourbansais est l’un des plus harmonieux châteaux de Bretagne des XVIème et XVIIIème siècle. Avec ses jardins “à la française”, du “Carrousel” et Potager, ce magnifique site préservé de plus de 100 hectares, est agrémenté d’un parc animalier, membre de l’EAZA (European Association of Zoos and Aquaria) et de l’AFDPZ (Association des Parcs Zoologiques Français). Remplissant pleinement son rôle de “conservatoire” des espèces menacées dans la nature, plus de 70 espèces animales du monde entier (mammifères, oiseaux, primates, félins…)  vivent et se reproduisent dans ce petit paradis breton…

Accès

Par la route
Prendre la D137, Sortie C10 en direction de Pleugueneuc/ Plesder/ Evran, Continuer sur D637, puis suivre les indications fléchées.
Accédez directement au parking en entrant ces coordonnées dans votre navigateur GPS !
N : 48° 24′ 8″ | W : -1° 53′ 5″
La Bourbansais – 35720 Pleugueneuc

Accès en bus
Vous pouvez vous y rendre par la ligne de bus Rennes-Saint Malo, Illenoo n° 8.
Merci de contacter la gare de Rennes au 0810 35 10 35 pour plus d’informations.

Nous joindre

[email protected]

La billetterie est ouverte

 

Laisser un commentaire