L’origine extra-terrestre de la pieuvre ?

De récentes découvertes sur le génome de la pieuvre ont poussé plusieurs scientifiques à penser que les pieuvres modernes auraient une origine extraterrestre. 

La vie vient d’ailleurs

« La vie pourrait se propager d’une planète à une autre ou d’un système stellaire à un autre, portée par des météores » s’était enthousiasmé Stephen Hawking. La panspermie est une théorie très ancienne selon laquelle la vie se propage dans l’univers sous forme de germes, de spores ou de grains. Des météorites ou des comètes auraient ainsi apporté à la Terre les briques essentielles à la vie. La science contemporaine découvre des indices qui vont dans ce sens. 

L’identité génétique déconcertante de la pieuvre 

Dans cette controverse, la pieuvre vient glisser une tentacule qui interroge: 

certains de ses gènes n’existent nulle part ailleurs dans la faune et la flore terrestre. 

la pieuvre dispose de deux familles de gènes que l’on ne retrouve ailleurs que chez les vertébrés, dont l’une est spécialisée dans le développement neuronal. 

nous savons aujourd’hui que son intelligence remarquable l’autorise à déduire, mémoriser, apprendre. 

En un mot le génome de la pieuvre est un casse-tête tant il est difficile à inscrire dans le continuum de l’évolution. De là à penser que… 

La pieuvre serait un alien !

Un article paru dans la revue Progress in Biophysics and Molecular Biology, cité par NewsRepublic, s’interroge sur le rôle supposé de la panspermie dans l’explosion cambrienne qui a eu lieu il y a 500 millions d’années. Ce terme désigne le passage soudain d’une vie mono-cellulaire sur Terre à des organismes pluricellulaires beaucoup plus complexes. 

Deux hypothèses:

des virus et rétrovirus venus de l’espace auraient pu déclencher ce processus de diversification sans précédent des espèces animales. C’est ce qui expliquerait qu’un calamar assez simple, voir premier degré, soit le parent du petit génie des océans, sous l’influence d’une contamination extra-terrestre. 

la pieuvre aurait pu venir sur Terre sous la forme d’œufs cryogénisés transportés par une météorite. Mais auraient-ils pu survivre aux conditions extrêmes de l’espace? De nombreux scientifiques en doutent. Cependant, l’étude de plusieurs météorites ont livré une riche moisson de molécules organiques diverses, dont certaines interviennent dans la composition des acides nucléiques de l’ADN. La météorite de Murchinson, par exemple, contient 74 types d’acides aminés, la plupart étant incontestablement d’origine extraterrestre puisque seuls 20 acides aminés rentrent dans la composition des protéines du vivant.

La pieuvre est à elle seule une énigme tentaculaire. Georges Chapouthier, neurobiologiste et philosophe, nous donnera son avis lors de l’Université d’été de l’animal qui se déroulera du 24 au 26 août.