L’immortalité grâce aux chauves-souris ?

Des chauves-souris ont le pouvoir de ralentir leur vieillissement

Certaines espèces de chauves-souris, dites longévives, nous étonnent par leur durée de vie exceptionnelle en bonne santé. Par quels moyens la chauve-souris réussit-t-elle à ralentir son processus de vieillissement ? Si nous en comprenions le fonctionnement, des perspectives immenses s’ouvriraient peut-être pour nous les humains. Une partie de la réponse pourrait se situer aux extrémités des chromosomes, structures contenant le patrimoine génétique de la chauve-souris, son ADN.

Elle vit 10 fois plus longtemps qu’un mammifère de sa taille

Les mammifères de petite taille ont une durée de vie très courte. Or, la plus vieille chauve-souris capturée était âgée de 41 ans ! Et dans la famille des longévives (genre Myotis) une chauve-souris vit régulièrement entre 20 et 30 ans. C’est à dire près de 10 fois plus longtemps qu’un animal de cette taille devrait vivre, comme le souligne Newsweek.

L’ADN des chauves-souris livre un étonnant secret

Une équipe internationale s’est constituée pour découvrir le secret des chauves-souris. Comme l’explique l’INRA, les chercheurs ont prélevé des biopsies de 3 mm de diamètre sur les ailes de quelques 500 chauves-souris sauvages capturées, marquées, puis relâchées, appartenant à quatre espèces différentes. Les chercheurs ont ensuite congelé certains des échantillons d’ADN et en ont desséché d’autres avec des billes de silice pour voir comment les chromosomes réagiraient à un processus accélérer de vieillissement. Pour deux espèces de chauves-souris le vieillissement constaté était normal, comme pour les humains. Mais pour les deux autres, issus du genre Myotis, ils n’ont découvert aucun signe de vieillissement.

Les télomères immortels de la chauve-souris Miotys

Ce pouvoir surprenant, ont-ils conclu, reposerait sur les télomères, extrémités des chromosomes qui raccourcissent lorsqu’une cellule se divise -enclenchant ainsi le processus de vieillissement. Newsweek l’explique simplement : « Les télomères sont comme les bouchons de plastique au bout de vos lacets : ils ne fonctionnent pas comme le reste du lacet, mais ils empêchent l’effilochage. Lorsque nos cellules se divisent, habituellement ces télomères s’usent et subissent les effets du vieillissement ». ». L’enzyme qui permet de conserver la longueur du chromosome est appelée par les scientifiques la télomérase.

Les chauves-souris n’ont montré aucune expression de la télomérase, mais ont peut-être développé un processus unique pour allonger leurs chromosomes sans provoquer de cancer“, explique Emma Teeling de l’Université de Dublin, auteur principal du document scientifique. «C’est une nouvelle vraiment excitante que nous devons explorer pour comprendre comment les chauves-souris demeurent en bonne santé malgré le temps qui passe.»

Une des clés du renouvellement cellulaire

Pour résumer la chauve-souris a peut-être découvert le Graal, et nous offre un avant-goût d’immortalité. Elle a trouvé le moyen de stopper le raccourcissement des télomères et par là-même celui de nos vies. Car si le processus de multiplication cellulaire, à l’origine du renouvellement des tissus, restait toujours aussi performant au fil du temps, grâce à des télomères renforcés pourrait-on dire, alors nous ferons un petit pas vers l’éternelle jeunesse chère à Dorian Gray.

Pour d’autres espèces de chauves-souris que le genre Myotis, les scientifiques ont observé la présence d’un gène qui aiderait à maintenir et à réparer les télomères.

De la chauve-souris à l’Homme

En comprenant le mécanisme moléculaire qui freine le vieillissement cellulaire des chauves-souris, nous découvrirons de nouvelles solutions intéressantes pour étendre la durée de vie en bonne santé. Ce n’est peut-être pas pour rien que les vampires sont éternels…

Laisser un commentaire