L’homme qui murmurait à l’oreille des ours

1458

Direction le Nouveau Brunswick, province canadienne à l’est du Canada. Province maritime, la nature y est généreuse et la faune s’y épanouit en toute latitude. Vous risquez fort d’y rencontrer des ours noirs. C’est ce qui est arrivé à Richard. Cet homme est tombé « en amour » de ces mammifères. Son histoire est touchante, passionnante. Pour nous permettre de les observer sans les déranger, il a construit une cabane sur pilotis au milieu des bois. Sous nos pieds, les ours viennent nous rendre une petite visite… Immersion…

 

Richard pense comme un ours, comprend les ours, parle aux ours !

Richard et les ours, c’est une longue histoire. Il y a quelques années, dans les bois jouxtant sa maison, dans le village d’Acadieville…Il trouve une oursonne blessée. Guide forestier, il connait bien la faune qui peuple le Canada, il a déjà une affection particulière pour les ours. Il n’hésite pas un instant, il la soigne, la nourrit et la remet sur pattes. Il tisse avec elle une relation particulière basée sur le jeu. « Je porte toujours une casquette, explique papa ours, elle s’amusait à frotter le museau contre la visière. C’était une façon de dire bonjour ».

L’hiver arrive, l’ourse part hiberner dans la forêt canadienne. A la fonte des neiges, au printemps suivant, Richard tombe nez à museau sur un ours … L’animal vient à sa rencontre et lui touche la casquette… Richard reconnaît alors SON ourse.

Elle lui amènera ses petits. Une véritable confiance s’installe entre Richard et les ours.

 

 

Cabane au Canada

Son histoire émeut, passionne, elle fait le tour de la province. Avec sa famille, il décide de protéger les ours, de leur offrir à manger. Il creuse des troncs pour y cacher de la nourriture et construit une cabane à 3 mètres au-dessus du sol pour nous permettre de venir les observer. Son idée est un succès !

On passe quelques heures en silence dans notre poste d’observation. Richard et son épouse Vivienne y ont installé un poêle à bois pour les fraiches soirées d’automne. On chuchote, on scrute la forêt, les abords du ruisseau, espérant apercevoir une bouille d’ours.

L’émotion nous submerge quand Richard s’approche des ours, certains lui emboîtent le pas, réclamant quelques croquettes.

Il leur parle, les appelle par leur prénom…

 

 

Il a fallu des années à Richard pour comprendre les ours, beaucoup de travail aussi et de patience. L’ours noir n’est pas agressif envers l’homme… s’il ne sent pas en danger.

Bientôt l’hiver, Richard va reprendre son activité de conducteur de car scolaire, il a le contact facile avec les enfants. Il reviendra au printemps prochain retrouver ses ours !

 

Infos sur : www.bearsafari.com

Laisser un commentaire