Espoir : les orangs-outangs s’adaptent aux milieux dégradés par l’homme

On croyait les orangs-outangs incapables de survivre en dehors de la forêt primaire. Ce qui au vu de la déforestation galopante, notamment en Indonésie, les condamnait irrémédiablement. Rappelons que les sanctuaires ne présentent pas une solution idéale car ils ne sont pas sécurisés. C’est une aubaine pour les braconniers qui alimentent le marché de la viande de brousse. Mais l’espoir renaît. De récentes études citées par Sciences et Avenir révèlent la capacité d’adaptation dont font preuve les orangs-outangs de Bornéo en colonisant des lieux dégradés par l’exploitation du bois et même des plantations de palmiers à huile. Ils sont ainsi capables de se déplacer au sol sur de longues distances alors qu’ils vivent essentiellement dans les arbres. Ils tolèrent une relative proximité avec les hommes. Ils trouvent même à se nourrir. Des aptitudes qui éclairent un peu le devenir de ces primates en danger critique d’extinction… Le primatologue Marc Ancrenaz, que Yolaine de la Bigne a rencontré, prône la mise en place d’un réseau de milieu naturel (forêt intacte) dans lequel les singes puissent se déplacer au sein même des plantations. Un pas vers la cohabitation ?

A voir également : “l’ONG Bornéo Futures, science for change”

Lien source :

https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/biodiversite/les-orangs-outangs-s-adaptent-a-la-destruction-des-forets-primaires_114457

Laisser un commentaire