Aujourd’hui, sort le nouveau film de Disney nature, Blue.

Régulièrement depuis « Le monde du silence » de Cousteau, on nous présente des films époustouflants qui nous emportent dans cet univers méconnu des océans et à chaque fois c’est un choc ! Un film sous-marin est très particulier car le temps de tournage est limité et il faut plonger de nombreuses fois pour réussir à prendre les bonnes images, la lumière souvent trop sombre, les animaux craintifs etc. Ce dernier film est à nouveau incroyable car les techniques sont de plus en plus sophistiquées avec des caméras qui peuvent suivre des nages ultra-rapides, des grues commandées à distance etc. pour un résultat bluffant : on est vraiment au milieu des baleines, des requins et des dauphins.

En dehors de la technique, cela demande un grand professionnalisme et beaucoup de patience !

En effet, après 6 mois de préparation logistique et 350 heures de postproduction ce qui est beaucoup, l’équipe a tourné durant 1 ans dans 10 pays différents, des États-Unis au Mozambique en passant par l’Afrique du Sud ou l’Indonésie. Les images sont donc exceptionnelles et surtout nos connaissances scientifiques se sont améliorées et nous permettent de mieux comprendre le monde de la mer et l’intelligence de ses habitants. On voit par exemple des poissons-perroquets avec leur drôle tête et leur dentition hyper puissante, comme une meule, pour pouvoir manger le corail. Mais il faut qu’ils aillent chez le dentiste donc régulièrement ils vont dans une station où se retrouve des poissons, des tortues et toux ceux qui veulent un détartrage. Une multitude de petits poissons nettoyeurs les y attendent et leur font une toilette. Ça leur permet de manger gratis, quant aux clients, ils se font faire un nettoyage pro et gratuit. Autre exemple : les dauphins qui le matin vont se frotter sur des buissons de gorgone, une sorte de corail, pour se débarrasser des bobos et de champignons comme s’ils allaient chez l’esthéticienne !

On pourrait presque parler d’automédication alors ?

C’est en effet l’hypothèse des scientifiques. Dans Blue, on les voit aussi chasser ensemble et par exemple, fabriquer en tapant avec leur queue un cercle de boue pour piéger les poissons qui doivent sauter au-dessus du cercle pour s’échapper mais les dauphins les attendent à l’extérieur en ouvrant juste la bouche et hop les poissons tombent dedans. On voit des séquences spectaculaires par exemple, une bataille entre des orques et des baleines et on suit une maman dauphin avec son petit qu’elle protège et à qui elle apprend la vie. Bleu est vraiment un beau film à voir en famille pour découvrir ce monde magique de la mer.

Bande annonce : ici