Alors que plus de 90 millions de tonnes de plastique détruisent la planète chaque année, une découverte insolite pourrait devenir une solution efficace pour réduire ces déchets : La larve papillon dévoreuse de plastique ! De son petit nom Galleria Mellonella, cette larve serait capable de digérer le polyéthylène et le polypropylène, deux matières qui rassemblent plus de 90% de la production de plastique dans le monde

Jusqu’à aujourd’hui, cette larve sert généralement d’appât pour la pêche mais à l’état sauvage, elle est connue pour être un parasite qui colonise les ruches de cire des abeilles.

A l’origine de cette trouvaille, Federica Bertocchini, chercheuse espagnole et apicultrice à ses heures perdues. En récoltant son miel, elle a observé que les sacs en plastique dans lesquels elle plaçait la cire des ruches étaient criblés de trous. Elle décide de reproduire l’expérience et remarque que les larves forment des premiers trous au bout de 40 minutes. Après 12 heures, la masse de plastique du sac était réduite de 92 milligrammes !

En sachant que la décomposition naturelle des sacs plastiques peut prendre entre 1 à 4 siècles, imaginez le rendement considérable de tout un élevage de ces larves sur 1 tonne de déchets ! C’est d’ailleurs l’enjeu des chercheurs qui essayent d’isoler l’enzyme responsable pour la reproduire à l’échelle industrielle.

SOURCE