« La musique peut rendre sympathiques même les moustiques ! »

2188

Robin Meier est un drôle d’artiste ! Passionné par l’intelligence artificielle, ce geek suisse en est arrivé à s’intéresser à l’intelligence animale, notamment de certaines petites bêtes mal-aimées comme les pigeons et les moustiques, brrrr, vous êtes toujours là ?

Son mode d’expression : la musique, ou plus exactement la musique « non humaine ». C’est avec un autre artiste musicien, Ali Momemi, que Robin Meier développe des installations surprenantes : dialogue entre un flûtiste et des pigeons, dotés de petites flûtes sur les pattes, explosion de lumières grâce à des petites lampes leds qui rencontrent des lucioles, reconstitution d’une cité transparente de fourmis…

Une poésie et une fraîcheur que l’on retrouve dans une de ses premières oeuvres qu’il a exposé au Palais de Tokyo à Paris : Truce : Strategies for Post-Apocalyptic Computation.

Ayant lu dans une revue scientifique que des chercheurs travaillent sur le bourdonnementdes moustiques et que le mâle accorde sa fréquence sur celle de la femelle pour s’accoupler en vol, une idée bizarre l’a aussitôt piqué : et si j’intégrais ce laboratoire d’entomologie au Minnesota pour travailler sur la musique des moustiques ?

Les chercheurs ont accepté cet hurluberlu qui finira même par les bluffer en créant sa propre installation : une machine avec trois moustiques vivants, dont le bourdonnement interfère avec le son d’un chant traditionnel indien : les moustiques croient entendre un amoureux potentiel et ajustent leur bourdonnement sur ce chant. Impressionnant ! Les chercheurs lui feront son plus beau compliment, « vous arrivez même à nous rendre les moustiques sympathiques ! »

Au delà de l’œuvre artistique, le travail de Robin Meier peut en effet changer notre regard sur l’animal et même se rendre utile pour contrôler les maladies transmises par les moustiques ! Tout est relié, c’est justement le but de Robin Meier : la collaboration entre l’homme, la machine et l’animal.

Ecoutez Robin Meier vous expliquer sa démarche et sa passion pour la « musique non humaine » :

Laisser un commentaire