Comment le chat est-il devenu le maître du monde?

« Les chats ne rapportent pas le journal, ne pondent pas d’oeufs et ne nous laissent pas monteur sur leurs dos » constate Abigail Tucker, et pourtant ils sont partout, sillonnent la campagne, ronronnent dans nos appartements et cartonnent sur internet.

Auteure américaine spécialiste des animaux sauvages et chroniqueuse au Smithsonian Magazine, Abigail Rucker est ce qu’on appelle une « folle de chats » qui s’est posé la question : comment celui qui n’arrive même pas à attraper les souris, qui ravage l’écosystème et qui est inscrit sur la liste des 100 espèces invasives de la planète, a-t-il réussi à conquérir les humains?
Une enquête passionnante sur le nouveau roi des animaux, dont voici quelques extraits :
                                                                                                                                   Trop mignons
« Les chats domestiques disposent d’un arsenal diablement efficace de ce que l’éthologue autrichien Konrad Lorenz appelle des « déclencheurs d’effet bébé », des caractéristiques physiques qui nous rappellent les petits humains et provoquent une avalanche d’hormones. Parmi ces traits, on trouve notamment une face arrondie, des joues rebondies, un grand front, de grands yeux et un petit nez. »
                                                                                                                                        Miaou
 
« Le miaulement d’un chat rappelle les pleurs d’un bébé, et des études montrent qu’il est possible que les chats aient modulé leurs vocalises au fil du temps pour imiter ces pleurs de façon encore plus précise. »
Un cerveau qui a rapetissé
« La diminution de la taille du cerveau est une caractéristique courante chez les animaux domestiqués de toutes sortes, de la dinde au lama. Cela ne signifie pas que ces animaux soient stupides : en fait, c’est ce qui leur permet de survivre au sein de nos communautés. (…) Un réflexe dit « de combat/ fuite » atténué permet à l’animal de mieux réagir au stress qui est au coeur de la vie domestique. C’est notamment grâce à cet affaiblissement de leurs réactions de peur que les chats (…) peuvent adopter les attitudes dociles, voire ouvertement affectueuses que leurs maîtres apprécient de nos jours. »

         Les rois de l’adaptation
 
« Quelque soit l’endroit où ils ont débarqué, ils sont toujours retombés sur leurs pattes. Cette autonomie est encore une différence par rapport aux chiens. (…) En tant que prédateurs, les chats domestiques ont des pouvoirs quasi surnaturels ; ils peuvent distinguer le spectre des ultraviolets et entendre les ultrasons, et ils ont une perception remarquablement aiguisée de l’espace en trois dimensions qui leur permet, entre autres, d’évaluer d’où viennent les sons. Ils combinent ces talents caractéristiques des félins avec une souplesse en matière de gastronomie (…) et chassent plus de 1000 espèces différentes. (…) Leur mode de vie est tout aussi élastique. Ils sont capables de vivre seuls comme dans la nature, ou en groupe. Ils peuvent régner sur un territoire de plusieurs  kilomètres carrés ou sur un studio. »
Un lion sur le canapé, comment les chats ont pris le pouvoir, Abigail Tucker, Albin Michel