Chez les oiseaux aussi, les migrants enrichissent la société

Les chants des oiseaux sont très complexes. Et, comme pour les humains, ce langage évolue au gré du temps et des circonstances. Ainsi l’équipe d’ornithologues de Brett Furnas vient de démontrer que leurs mélodies deviennent plus variées après un incendie. 

Ses travaux, publiés dans The Auk : Ornithological Advances, concernent 35 dialectes de parulines ermites, des petits Passériformes qui vivent dans les forêts californiennes. Des dialectes qui se sont enrichis ces dernières années, caractérisées par de nombreux incendies.

La raison ? Les incendies finissent par faire fuir les oiseaux et créer des zones moins habitées. D’autres oiseaux viennent alors y vivre, qui chantent un autre dialecte. Résultat : la région se peuple de migrants, d’oiseaux venant de diverses contrées qui apportent leurs propres chants. D’où un enrichissement des mélodies locales.

Plus d’infos : https://www.fredzone.org/californie-repertoire-oiseaux-enrichi-par-feux-de-forets-288