Mélange de méthane et de CO2, le biogaz est de plus en plus convoité pour limiter les émissions de méthane dans le monde (responsable à 20% du réchauffement climatique). Dans l’agriculture et à l’échelle industrielle on produit déjà ce gaz naturel renouvelable de manière artificielle avec l’aide de digesteurs. Mais dans la nature, la production de biogaz est encore plus performante !

A la base, le biogaz est issu du processus naturel de dégradation des substances organiques en gaz. On parle alors de méthanisation ou de digestion anaérobie. Cette digestion se constitue à l’aide des micro-organismes et de bactéries présents à l’intérieur d’intestins de certains animaux.

 Chez les termites par exemple, plus de 80% de la matière organique est transformée en biogaz. Ce rendement est l’un des plus performants que l’on trouve dans la nature. Alors pourrait-on imiter les termites et produire aussi efficacement du biogaz ? C’est en tout cas le défi de l’entreprise SUEZ-CIRSEE.

Pour cela, ces chercheurs ont étudié le tube digestif des termites et ont mesuré de manière précise la quantité de biogaz générée. Ils ont également étudié les bactéries présentes dans le tube digestif des termites, à l’origine de la production du biogaz, et isolé celles qui s’exprimaient le mieux pour fournir du biogaz.

Selon les chercheurs, il reste encore du travail pour comprendre ce processus pour qu’il soit économiquement viable. Mais ce biomimétisme pour une méthanisation plus efficace reste l’une des solutions les plus adaptées à la préservation de notre environnement, nous apprend le magazine GEO.